© 2017 SFPA - Créé par Atelier de Sandra

Université
L’institut sud-ouest vous invite à participer à la XIXème Université Jeanne Lucquet

L’attachement face aux contraintes de l’existence

Séminaires
L’institut sud-ouest vous invite à participer au séminaire du 7 septembre 2018, 19h30

Présenté par Sonia Pageaud Javel, psychanalyste

Adoption / désadoption : Histoires de liens impossibles ?

A travers des situations cliniques, il sera question de se projeter dans des parcours chaotiques d’adoption, quand les troubles de l’attachement ne trouvent plus de compensation dans des liens réparateurs et sécurisants et amènent à une nouvelle rupture.  Quand l’adoption n’a pas pu faire lien et que la seule perspective est la rupture, nous nous attarderons sur la clinique et l’étayage possibles de ces destins tragiques et douloureux de l’adoption.

Conférences
vendredi 11 et samedi12 mai 2018 
ACCOMPAGNER, ÉDUQUER, SOIGNER PAR L’ENCOURAGEMENT
Interventions et stratégies éducatives et thérapeutiques
Maison Diocésaine - 226, rue de Bordeaux - 16 ANGOULÊME - Salle P. AUMAÎTRE

Intervenant formateur - Dr WES WINGETT, Professeur de psychologie, Psychothérapeute, Thérapeute familial, petite enfance...
Les Adlériens ne considèrent généralement pas les consultants comme « malades » et ayant besoin d’un remède. Mais au contraire, partent de l’observation selon laquelle le consultant, enfant comme adulte, se montre découragé face aux évènements, ce qui implique une approche réinstaurant par l’encouragement, la confiance du sujet dans ses potentialités et dans sa capacité à gérer et à surmonter les problèmes de la vie. Sans cette confiance toute prévision d’amélioration s’avère limitée. Cette méthode interpelle chez les intervenants une formation didactique leur instituant des attitudes et des stratégies d’approche de la personne et du symptôme associées à une meilleure connaissance de soi et de ses propres stratégies face à leurs découragements.

Séminaires
L’institut sud-ouest vous invite à participer au séminaire du 27 avril 2018, 19h30

Présenté par Sandrine Coupaud, psychanalyste
L’attachement à l’épreuve de l’abandon

De l’abandon premier, avec comme traces premières un prénom et un nom, puis 10 ans sans attache, en foyer, avant que l’adoption arrive, deux papas, deux nouveaux noms qui viennent se substituer au premier, une nouvelle région...

Nous tenterons d’appréhender le processus d’attachement de ce garçon étrange en quête de tous les repères constituant son existence. Douleur physique et blanc psychique viennent se vivre et se revivre dans une recherche de soi-même infinie.

A travers les séances de thérapie, à partir de dessins et du jeu du docteur, nous travaillerons autour de de l’accordage corporel comme terreau de l’accordage psychique. La rencontre thérapeutique s’appuie sur une cocréation, une co-pensée afin de permettre à ce garçon de prendre appui et de se construire comme un et indivisible.

Séminaires
L’institut sud-ouest vous invite à participer au séminaire du 02 mars 2018, 19h30

Présenté par Anne-Marie Mormin, psychanalyste
J’aime pas ma vie...
Le lien d’attachement est à la source de l’altérité, entre ipséité et altérité, il expérimente en même temps qu’il tisse dans un rapport de circularité entre soi et l’autre, au lieu des contre-fictions Gemeinschaft et Gesellschaft, les relations propres à l’advenue du Sujet. Tout achoppement au sein de ce processus de fusion (nécessaire au regard de l’inachèvement du petit d’homme et au développement de la psychè) /dé- fusion (nécessaire à l’érection du Moi, en tant qu’unité distincte, une et indivisible), peut à l’aune du jeu aperceptif, conduire à une intégration erronée du Manque ; ainsi, le Manque interprété comme perte, manque à être, devient lieu d’angoisse et de mal être.


« J’aime pas ma vie… », où le regard mélancolique d’un garçonnet de 7 ans, sur son existence.

Séminaires
L’institut sud-ouest vous invite à participer au séminaire du 02 février 2018, 19h30

Présenté par Éric Berthommé, psychanalyste
Attachement et tensions corporelles
Les tensions s’expriment par et dans le corps ; de façon massive, elles peuvent affecter la silhouette et conférer au sujet une démarche pataude, lourde, saccadée, en extension… L’armature musculaire semble alors prendre l’ascendant sur le squelette. Parfois ce sont les segments corporels qui sont affectés : la nuque, les épaules, le dos, les bras, le bas du dos, les jambes, la poitrine, le ventre.
De façon plus nuancée certaines tensions conversent au niveau du visage, par exemple les rides du lion. 
Parfois les tensions « migrent vers l’interne » et affectent les « organes sensibles », le cœur et la cage thoracique, le ventre.
Il nous semble que les tensions qui se régulent au niveau du tonus musculaire chez l’enfant reflètent la qualité du lien d’attachement. Lorsque le système pare-excitation n’a pu / ne peut s’établir de façon pérenne, la nouaison du lien d’attachement ne peut combler le besoin de tendresse et c’est la qualité du lien qui s’en trouve affecté et s’exprime dans le corps.
Les techniques d’onirothérapie d’intégration permettent « d’offrir à l’individu l’occasion de reparcourir la filière constructive de l’imaginaire, d’en restaurer le développement dynamique et la structuration naturelle. » (A Virel). La déconstruction/construction du moi corporel permet de liquider certaines tensions.
Mots clés : tension, tonus, attachement, besoin de tendresse, système pare-excitation, onirothérapie d’intégration, moi corporel.